Depuis le 1er septembre 2017, certains véhicules neufs sont homologués à l’aide de la procédure d’essai mondiale normalisée pour les voitures particulières et véhicules utilitaires légers (WLTP), nouvelle procédure d’essai plus réaliste permettant de mesurer la consommation de carburant et les émissions de CO2. Pour les véhicules particuliers, à partir du 1er septembre 2018, la WLTP a entièrement remplacé le nouveau cycle de conduite européen (NEDC), c’est-à-dire l’ancienne procédure d’essai. 

 

Le cycle de conduite WLTP (« Worldwide Harmonized Light Vehicle Test Procedure ») répond aux principales critiques concernant le NEDC (« New European Driving Cycle »). En particulier, le profil de conduite du nouveau cycle de conduite WLTP correspond davantage à l’utilisation quotidienne et la mesure ne s’applique pas seulement à un niveau d’équipement spécifique, mais tient également compte de l’influence des équipements en option supplémentaires.

 

En raison des conditions de test plus réalistes, la consommation de carburant et les émissions de CO2 mesurées selon la procédure WLTP sont la plupart du temps supérieures à celles mesurées selon le cycle NEDC. La consommation de carburant quotidienne d’un véhicule dépend beaucoup du profil d’utilisation individuel et du lieu où il est utilisé : circulation en ville, routes de campagne ou autoroutes. Ces différences sont mieux prises en compte par le cycle de conduite WLTP. Au lieu de calculer uniquement les valeurs « urbaines, extra-urbaines et mixtes » (selon les stipulations des directives (CE) n° 715/2007 et 692/2008,) sur la base d’un profil de conduite plutôt théorique, la procédure WLTP fournit quatre valeurs individuelles correspondant à quatre profils de trajet prédéterminés différents (basse, moyenne, haute et très haute), issus d’enquêtes statistiques et de l’analyse de profils utilisateur et de moyennes. En outre, le cycle de conduite WLTP est beaucoup plus dynamique que le NEDC et reflète des accélérations plus importantes, une vitesse moyenne plus élevée ainsi qu’une vitesse maximale supérieure.

 

Néanmoins, la loi exige toujours la publication des valeurs de consommation et d’émission NEDC. Ces valeurs sont obtenues après un rétrocalcul à partir des valeurs WLTP.